Les kommandos
de Sachsenhausen

Les kommandos en entreprise
bandeau de Souviens-toi de la déportation
Les déportés politiques, des prisons françaises aux camps de concentration
Rechercher
Accueil
Pour qui ce site ?
La marraine du site
La lettre de Guy Môquet
La collaboration
Le procès des élus
Des prisons au camp
Sachsenhausen
Kommandos du camp
Autres kommandos
Au Père Lachaise
Poèmes et chants
La bibliothèque
L'aide-mémoire
Liens
Plan du site
Ecrire

Les chantiers éloignés | Les entreprises | Les Baubrigaden
Les kommandos de Sachsenhausen - En entreprise -

Arado
A Wittenberg 1 200 femmes rattachées au camp d'Oranienburg-Sachsenhausen y travaillent.

Argus
A Berlin-Schönholz, 800 femmes rattachées au camp d'Oranienburg-Sachsenhausen y travaillent.

Auer
Usine de masques à gaz 1 800 détenues venues de Ravensbrück mais rattachées au camp d'Oranienburg-Sachsenhausen.

Daimler - Benz
Située à Berlin-Genshagen 1 100 femmes rattachées au camp d'Oranienburg-Sachsenhausen y travaillent.

D.E.M.A.G.
A Falkensee (25km à l'Ouest de Berlin) ce kommando est créé en janvier 1943, il fournit de la main-d'oeuvre aux usines D.E.M.A.G. du groupe industriel Hermann-Göring. 2 500 détenus fabriquent des obus, des chars "Tigre", du matériel ferroviaire...Pendant sa construction les détenus sont installés à Staaken à 3km de Falkensee.Le 10 juillet 1943 le camp-annexe de Staaken n'existe plus et est installé à Falkensee.

Dynamit AG
A Glöwen, 500 femmes rattachées au camp d'Oranienburg-Sachsenhausen y travaillent.

Heinkel
Usine d'aviation située à quelques kilomètres d'Oranienburg -Sachsenhausen, 7 halls de fabrication de120m de long sur 66 de large et 20 de haut, 7 000 détenus. C'est le kommando le plus important. Avant 1940 seuls des civils allemands y travaillent puis arrivent des prisonniers de guerre et en 1941 les premiers détenus de Sachsenhausen. Il devient camp-annexe en 1943. C'est le kommando dans lequel est regroupé le plus grand nombre de Français dont mon grand-oncle affecté au block 3C à la mi-février après sa quarantaine au camp central.

Dans ce kommando, la résistance s'organise, objectif, saboter la production de guerre, le bombardier He-177 est la cible. Tourneur-fraiseur, mon grand-oncle m'a raconté comment, avec minutie, lui et d'autres, fabricaient des pièces qui ont fait que le He-177 a connu moultes problèmes. Cette résistance, au premier rang de laquelle figuraient, certes les français mais aussi les politiques allemands, existait à toutes les phases de production :
- dessins (trucages des cotes, des tolérances,..)
- commandes (quantités,...)
- expéditions (inversions de hall, voire même expéditions à l'extérieur,...)

Le camp est bombardé le 18 avril 1944, il est évacué le 21 avril 1945.

Kayser
Une fonderie à Oranienburg 800 détenus.

Zellwollz Zellulose Werk
A Kustrin (70 km à l'Est de Berlin) kommando disciplinaire de prisonniers de guerre et de détenus de Sachsenhausen compte plus de 300 détenus afffectés à cette fabrique de pâte à papier.

Krupp
A Berlin-Geneukölln, 500 femmes rattachées au camp d'Oranienburg-Sachsenhausen y travaillent et 1 100 à Berlin-Spandau.

Siemens
A Berlin-Haselhorst, 1 000 femmes rattachées au camp d'Oranienburg-Sachsenhausen y travaillent.

Haut de la page