Les kommandos
de Sachsenhausen

Les kommandos proches du camp
bandeau de Souviens-toi des déportésde la déportation
Les déportés politiques, des prisons françaises aux camps de concentration
Rechercher

Les kommandos du camp central | Les kommandos proches du camp central | Les Waldkommandos
Les kommandos proches du camp central de Sachsenhausen

Klinker
Camp annexe ouvert le 28 avril 1941, il compte de 1 500 à 3 500 détenus. Klinker est une briqueterie détenue par les S.S. et rattachée à la Deutsche Erd-und Steinwerke (D.E.S.T.) qu'ils fondent en 1938. Elle n'atteindra jamais les vingt-quatre fours prévus et en 1942 la moitié de l'usine est reconvertie en fabrique de grenades. Le camp est détruit par le bombardement de la R.A.F. du 10 avril 1945. (carte)

Schwarzkommando
Installé au camp annexe de Klinker il est déplacé en 1944 au camp annexe de Heinkel. Il doit ce surnom au fait que les détenus qui y travaillent ont la peau noircie par la poudre des piles sèches hors d'usage dont il récupèrent le charbon. Composé de vieillards et de Tziganes ce kommando signifie le plus souvent la mort rapide, les poumons étant vite atteints par tous ces produits et les blessures s'infectant rapidement.

Sonderlager
Situé en bordure extérieure nord du camp. Ce kommando construit des cellules spéciales pour les détenus de marque dont les S.S. veulent se servir comme otages. (carte)

Speer
Situé à environ 3 km du camp, 2 000 détenus y font de la récupération de matériaux de toute sorte amenés par péniche depuis les pays occupés et les zones bombardées de l'Allemagne. Le kommando porte le nom de Albert Speer, ministre de l'armement de Hitler. C'est un des kommandos les plus meutriers. Il sera détruit par le bombardement du camp le 10 avril 1945. (carte)

Haut de la page