Marraine du site
Renée Sarrelabout
bandeau de Souviens-toi de la déportation
Les déportés politiques, des prisons françaises aux camps de concentration
Rechercher

Renée marraine du site | 
 
Renée Sarrelabout,
marraine de souviens-toi.org

Paris le 20 janvier 2003

J'ai proposé à Renée d'être la marraine de mon site. Les parrains, les marraines honorant généralement de leur présence un grand événement, de grandes réalisations, cela peut paraître prétentieux que de choisir ainsi une marraine. Mais par ce geste j'ai souhaité lui rendre hommage et la remercier du bonheur qu'elle m'a procuré.

Sa modestie et sa simplicité lui ont d'abord fait refuser et ses convictions l'on remporté.

Qui est Renée ? Je l'ai rencontrée un jour de décembre 2002 sur le livre d'or du site dans lequel elle écrivait : "Ancienne de Ravensbruck je ne puis que cela, dire merci aux auteurs. J'ai 80 ans et fais mes débuts à l'ordinateur. Bon courage. Vigilance vigilance...Il ne faut rien laiser passer."

Dans les jours qui ont suivi, Renée a joint les actes à la parole. Reprenant un article de la presse des Hautes-Pyrénées, Renée me transmet par mail un message d'alerte "Tarbes refuse de nommer une de ses rues du nom de Rol-Tanguy". Un message, court, circonstancié, cri d'indignation et appel à la vigilance. Le 14 janvier, Renée me fait part d'une évolution positive de cette affaire et appelle une nouvelle fois à la vigilance face à "la résurgence des idées d'extrème-droite".

Renée a fait l'Histoire, sa résistance personnelle et cette volonté de ne rien laisser passer encore aujourd'hui appellent le respect et méritent un hommage. Mais la plus grande preuve de respect à donner ne serait-elle pas d'aiguiser notre vigilance pour résister au populisme qui s'instaure ?

Renée met la mémoire, sa mémoire, au service du présent dans l'action, avec ses moyens et sa conviction. En quelque sorte Renée c'est de la mémoire vive. Ce qu'à fait Renée est d'autant plus remarquable que, pour ce faire, elle a pris à bras-le-corps de ce nouvel outil qu'est l'Internet.

Renée est aussi Présidente de l'A.D.I.R.P (l'Association des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes) des Hautes-Pyrénées. Renée se rend pratiquement chaque jeudi à Tarbes et parcours en car et en train les 80 kilomètres qui la sépare du musée de la déportation ou le bureau de l'ADIRP tient une permanence.

Bravo et merci Renée. Merci à vous et à vos camarades disparus ou encore vivants qui ont ouvert un chemin que des femmes et des hommes comme vous éclairent encore d'une lumière ardente. Puissions-nous être nombreux à tenir et à reprendre ce flambeau.

G. Pellois


Haut de la page