La collaboration
Un processus engagé
bien avant 1940
bandeau de Souviens-toi de la déportation
Les déportés politiques, des prisons françaises aux camps de concentration
Rechercher

Préambule | 1930 | 1932 | 1933 | 1934 | 1935 | 1936 | 1937 | 1938 | 1939 | 1940
La France collabore avec l'Allemagne nazie bien avant juin 1940

Le refus de s'opposer à la montée des prétentions de Hitler, les concessions, le sabordage de la production nationale par le patronat, la liquidation par les gouvernements successifs des acquis de 1936, ont eu pour corollaire des dispositions antidémocratiques. C'est la collaboration objective de la finance et des dirigeants français avec l'Allemagne nazie.

Cette alliance est à l'origine du refus d'armer les républicains espagnols en guerre contre la coalition Franco-Hitler-Mussolini, de la création des premiers camps de regroupement pour les réfugiés autrichiens et allemands, espagnols et des membres des brigades internationales, comme à Rieucros ouvert le 21/01/1939.

Le gouvernement de Vichy et la capitulation de juin 1940 sont la face visible de cet iceberg, celle que l'on retient par confort. Les travaux de la réaction européenne dès l'avénement de Hitler et jusqu'à la capitulation de juin 1940 sont la face cachée de cette période de notre histoire, celle que l'on tait tant elle implique d'organisations politiques de l'extrème droite à la gauche socialiste.

Sur cette même idée je vous invite à visionner la conférence de Annie Lacroix-Riz Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-VII sur son livre :
"Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930"
aux éditions Armand Colin
Durée 3h22

Haut de la page