La collaboration
1938
bandeau de Souviens-toi de la déportation
Les déportés politiques, des prisons françaises aux camps de concentration
Rechercher

Préambule | 1930 | 1932 | 1933 | 1934 | 1935 | 1936 | 1937 | 1938 | 1939 | 1940
La collaboration
En mars
L'Allemagne annexe l'Autriche

Le 30 septembre 1938
La France représentée par Daladier signe les "Accords de Munich" en compagnie de Hitler pour l'Allemagne, Mussolini pour l'Italie et de Chamberlain pour la Grande-Bretagne. La France trahit la Tchécoslovaquie avec laquelle elle avait passé des accords pour garantir ses frontières.
L'Allemagne peut poursuivre sa démarche expansionniste.

Octobre 1938
Le gouvernement Daladier obtient les pleins pouvoirs à l'Assemblée nationale

Le 2 novembre 1938
Paul Reynaud ministre des finances prend une série de décret-lois remettant en cause les acquis de 1936 :
- abolition de la semaine de 40 heures
- rétablissement du rendement
- réduction du taux de paiement des heures supplémentaires
- augmentation des impôts sur les salaires et la consommation

Le 12 novembre 1938
Un nouveau décret-loi vient enrichir la panoplie des dispositions prises à l'encontre des étrangers, au cours de cette année 1938 (2 mai, 14 mai, 17 juin). Ce texte traite, en autres choses (carte de travail pour les étrangers par exemple) de "l'assignation à résidence et de l'internement" des étrangers et pour ceux qui présentent "un péril pour l'ordre public" et décrète l'ouverture de "centres spéciaux où (ces indésirables) feront "l'objet d'une surveillance permanente".

Le 30 novembre 1938
La CGT lance un mot d'ordre de grève nationale. La repression est brutale :
- 500 condamnations a des peines de prisons (jusqu'à 18 ans)
- sanction de fonctionnaires et d'agents de services publics
- fermetures d'entreprises par le patronat, c'est le "lock-out" pour près de 400 000 travailleurs

Le 6 décembre 1938
Bien que Mussolini ait revendiqué la Corse, la Savoie et Nice et Hitler une partie des colonies françaises, le gouvernement Daladier signe un accord avec Ribbentrop (ministre des affaires étrangères du Reich), aux termes duquel ils s'engagent à se concerter mutuellement sur les questions intéressant les deux pays.

Haut de la page